Archives de catégorie : Nos expérimentations

§00. Préméditation(s)

Personne ne médite sans préméditer son geste. La méditation n’est pas une divagation mais une direction, loin d’un chaos hasardeux. C’est là le trouble et la détresse de la philosophie : l’impuissance de rendre l’apparente spontanéité de la vie, l’authentique instantanéité du corps. Le philosophe n’a pas besoin de mettre sa main au feu, de mettre son corps en jeu, pour découvrir que la flamme brûle. Sinon, ses ailes deviendraient cendres comme celles du papillon cher à Jankélévitch. Tourner autour de la chose en soi comme un vautour autour de sa proie déjà morte et mortifère, ne flairer que l’aspect de la flamme. Mais la chaleur n’est pas la brûlure car il est de ses corps bouillants auprès desquelles les étés sont glacées. Nous ne pourrons jamais poser, seulement supposer, tout comme personne n’a jamais médité mais prémédité. La méditation promet un présent, présent qui n’est que processus, devenir et fugacité.

Il faut manier Nietzsche avec prudence. Comme un bâton de dynamite dont la mèche étincelante ne laisse plus aucun doute. Prévenir une avalanche, un effondrement rocheux d’une part ; de l’autre, tuer à l’aveugle, exploser au milieu d’une foule innocente. L’oeuvre de Nietzsche est un pharmakon, à la fois poison et remède. On y entre comme dans une pharmacie sans avoir la certitude d’en sortir guéri ou empoisonné. La philosophie après Nietzsche saura trouver le metron : le corps est la mesure de toute chose. Cette pharmacologie de la pensée nietzschéenne reste peut-être encore un des impensés, qu’il conviendra d’illuminer à l’aune du corps.

C’est pourquoi nous ne méditerons que du corps. Il n’y a, par ailleurs, que de méditation du corps — sur le corps. Même dans les différentes méditations bouddhiques, le corps est mis en jeu. Descartes lui-même explique dans ses Méditations métaphysiques que le corps est le plus difficile à penser, à atteindre ; en réalité, il est presque trop évident et présent pour le saisir pleinement. Nietzsche, notamment dans ses autobiographies — écrits animaux — que représentent Ecce Homo, place son corps au centre de ses écrits. Le corps de « Monsieur Nietzsche » est un élément essentiel pour nos médiations nietzschéennes sur le corps. Néanmoins, si la phénoménologie a su ré-habiliter le corps, c’est en tant qu’outil de connaissance du monde. Là, l’homme a un corps, classiquement. Devant nous, l’homme est un corps. Animalement, sensiblement, presque instinctivement.